Les rançongiciels

La technologie nous pousse souvent à évoluer. C’est aussi le cas pour des gens qui en profitent pour imaginer de nouvelles façons de s’attaquer à nos biens. Ils utilisent des logiciels malicieux, appelés rançongiciels de chiffrement, pour prendre en otage nos fichiers. Ils promettent ensuite de les « libérer » si nous acceptons de payer une rançon.

Ce document est conçu pour aider à combattre ces attaques. Il explique ce phénomène qui est souvent mal compris. On y retrouve aussi des trucs pour ne pas tomber dans les pièges que nous tendent ces pirates cachés derrière leur clavier.

Ça ressemble à quoi?

Nous pouvons diviser les rançongiciels en deux catégories : les rançongiciels sans chiffrement de fichiers et ceux avec chiffrement.

L’auteur du rançongiciel sans chiffrement de fichiers utilise la peur ou la honte. C’est une forme de chantage. Le moyen le plus classique consiste à afficher un message qui occupe tout l’écran. Aucun autre programme ne peut être exécuté sur l’ordinateur. Nous devons verser le montant de la rançon si nous voulons retrouver l’usage de notre poste de travail. Pour ce type de rançongiciel, le contenu du disque n’est pas touché. Éliminer le rançongiciel permet de retrouver l’usage de l’ordinateur. Diverses stratégies sont utilisées pour nous convaincre de verser une rançon. On nous informe que refuser de débourser entraînera des conséquences plus graves. Par exemple, le rançongiciel « FBI » tente de nous convaincre que nous sommes l’auteur d’un crime. Une amende nous est imposée. Si nous ne payons pas, une peine d’emprisonnement sera appliquée. Dans certains cas, on utilise la caméra de l’ordinateur pour ajouter une photo de nous au message. Ceci ajoute une touche de réalisme.

Le rançongiciel avec chiffrement de fichiers rend impossible l’accès au contenu des documents en chiffrant les fichiers. Les comportements généralement observés sont :

  • L’ajout d’un suffixe étrange aux noms des documents (exemple : [nom de document]infected.doc);
  • L’ajout de nouveaux documents qui contiennent une demande de rançon;
  • L’ouverture de plusieurs documents échoue et le système indique qu’ils sont corrompus.
  • Une fenêtre peut également s’ouvrir, indiquant que nos fichiers ont été chiffrés.

Lorsque le rançongiciel a terminé son travail, une fenêtre s’affiche. On y mentionne que les fichiers ont été chiffrés. Du verbiage technique indique qu’aucun moyen technologique ne libérera les fichiers. Le seul moyen, selon le message affiché, est de verser le montant de la rançon. Le montant est souvent fixé en Bitcoin. Une limite de temps nous est impartie. Si le délai est dépassé, le montant de la rançon augmente ou les fichiers sont perdus. L’ordinateur demeure utilisable. Des instructions détaillées et du support sont offerts pour verser la rançon. Une fois la rançon versée, un outil qui permet de déchiffrer les fichiers est offert. Éliminer le rançongiciel sur le poste ne permet cependant pas de retrouver l’accès aux données.

LES RANÇONGICIELS NE DATENT PAS D’HIER…
Saviez-vous que le plus vieux rançongiciel a été créé en 1989 et fonctionnait sous le système d’exploitation DOS.

À cette époque, les cybercriminels étaient davantage motivés par la gloire que l’argent. Aujourd’hui un rançongiciel peut procurer aux cybercriminels un retour sur l’investissement de l’ordre de 1000 % à 2000 %.

Qu’est-ce que j’ai à perdre?

Nous pourrions croire que les rançongiciels de chiffrement s’en prennent uniquement aux informations des entreprises ou des organismes publics. Les rançongiciels s’intéressent aux fichiers qui représentent une valeur pour nous. Ils ne touchent pas seulement les textes ou les feuilles de calcul, mais tous les types de fichiers. Notre comptabilité, les données liées à nos achats deviennent inutiles si elles sont chiffrées. La situation est pire si nous n’avons pas conservé une copie bien à l’abri des attaques.

Si nous nous faisons berner, nous perdons des fichiers qui sont plus difficiles à remplacer. Pensons aux premières images de notre fille, à celles du mariage de notre aîné. Et s’il s’agissait des vidéos d’anniversaire de notre grand-mère centenaire ou des premiers pas de notre petit-fils? Les rançongiciels ne font pas de différence entre un souvenir précieux et les données plus banales. Savoir ce que nous risquons de perdre à cause des rançongiciels permet de réaliser que les efforts pour s’en protéger représentent bien peu. Effectuer des prises de copies de nos données nous prépare à réagir après une attaque. Mieux! Adopter quelques règles de conduite simples nous protège contre ces attaques. Ce sont ces petits gestes qui sauvent!

Comment ça s’attrape? Comment s’en protéger?

Un rançongiciel, tout comme d’autres codes malicieux, infecte un poste de travail et exécute une charge utile. Dans ce cas-ci, un programme chiffrera les fichiers de l’ordinateur sur notre disque ou sur le réseau local si notre poste y est connecté.

Comment ça s’attrape?

  • En profitant de failles que lui offre le poste où les composantes logicielles ne sont pas à jour;
  • Avec l’aide de l’utilisateur du poste qui agit avec imprudence ou légèreté.

Souvent, les arnaqueurs utilisent le courriel pour tromper notre vigilance en piquant notre curiosité avec un :

  • Lien vers un site Web où nous pouvons, soi-disant, voir des photos inédites de vedettes ou d’autres personnalités;
  • Document dont nous ne devrions pas être le destinataire et qui nous incite à l’indiscrétion : bon de livraison, rapport, etc.

Ces liens ou documents cachent du code malicieux qui servira à exploiter une faille du poste de travail. Nous jouons un rôle de premier plan dans la stratégie de défense contre les rançongiciels.

Comment s’en protéger?

  • En appliquant rapidement les plus récents correctifs disponibles pour toutes les composantes logicielles installées sur le poste;
  • En tant qu’utilisateur, agir avec prudence et développer une conscience des dangers potentiels :
    • Détecter et identifier les courriels dont l’expéditeur nous est inconnu ou avec lequel nous ne communiquons pas habituellement;
    • Ignorer l’invitation à consulter un site Web dont nous ignorons la nature;
    • Éviter d’ouvrir un document reçu en pièce jointe d’un courriel dont nous ne sommes pas le destinataire « conscient »;
    • Si nous nous trouvons en présence de courriels de ce genre, nous devons en informer le centre d’assistance et suivre ses instructions. L’analyse de ces courriels contribue à renforcer les mesures mises en place pour les bloquer.

Zut, mes fichiers sont chiffrés!

Quand nous perdons l’accès à nos fichiers parce qu’un rançongiciel les a chiffrés, plus rien ne va! Dans cette situation, réagir avec méthodologie peut permettre de réduire les dégâts et d’éviter une autre attaque. Malgré nos efforts, un rançongiciel sévit sur notre ordinateur. Avec un peu de chance, le comportement de notre ordinateur indique que quelque chose ne va pas. Dans la majorité des cas, le rançongiciel a déjà chiffré nos fichiers et empêche leur utilisation. C’est un message de rançon qui nous indique le problème. Mais il est déjà trop tard. Le mal est fait. La meilleure attitude à adopter est de prendre une grande respiration et de rester calme. Notre but est de restaurer nos fichiers. La démarche comporte trois étapes. En premier lieu, nous voulons faire cesser les actions du rançongiciel pour éviter qu’il récidive. Nous nous assurons ensuite d’éliminer toute trace du logiciel malveillant. Une fois l’ordinateur propre, nous pouvons restaurer nos fichiers.

Bloquer les actions du rançongiciel. Le premier objectif à atteindre dans notre bataille contre le logiciel malveillant est de l’empêcher de prendre d’autres fichiers en otage. Pour y arriver :

  1. Débrancher le câble réseau;
  2. Débrancher les disques et les clés USB.
  3. Contacter immédiatement de 5050 pour procéder au nettoyage du poste de travail.


Restaurer les fichiers. Une fois que nous avons la certitude que l’ordinateur est bien nettoyé, il est temps de retrouver les fichiers touchés par l’attaque du rançongiciel. La meilleure méthode consiste à récupérer les fichiers à partir d’une copie de sécurité qui a été effectuée avant l’action du rançongiciel. Pour garantir l’intégrité des fichiers à récupérer, la copie de sécurité doit avoir été conservée hors de l’ordinateur touché par l’attaque. Même si nous possédons les connaissances et les outils appropriés, se relever de l’attaque d’un rançongiciel de chiffrement est une expérience pénible. Effectuer régulièrement la prise de copies de sécurité de nos informations permet de s’en remettre plus facilement.

Ajuster son comportement en suivant quelques règles simples pour la navigation et la lecture du courrier électronique constitue le meilleur moyen d’éviter ce genre d’ennui. Grâce à ces mêmes gestes, nous serons également protégés contre la plupart des codes malicieux qui peuvent menacer nos informations. Comme pour notre santé, la prévention est plus agréable que de soigner un problème!

PAYER LA RANÇON, UNE BONNE IDÉE?


Le rançongiciel a pris nos données en otage et promet de nous en redonner l’accès si nous acceptons de payer un montant d’argent. Est-ce que payer permet de résoudre nos problèmes?

Non. Dans la plupart des cas, même si une rançon est payée, les malfaiteurs ne remettent pas la clé qui permet de redonner l’accès à nos informations. Nous avons aussi observé certains cas où une clé était fournie pour regagner l’accès aux données en échange du paiement. Quelques jours plus tard, les données avaient été de nouveau chiffrées et une seconde rançon était demandée.

Peut-être. Si tout a été essayé sans succès et que l’importance des fichiers chiffrés vaut le risque de payer, nous pouvons considérer le paiement comme une solution de dernier recours. Il faut par contre se faire à l’idée de perdre à la fois notre argent et nos fichiers.

La cybercriminalité

Certains cybercriminels écrivent leur propre code. Cependant, la majorité choisit plutôt de se procurer un rançongiciel prêt à l’emploi. Il n’est pas rare que des trousses d’exploitation intègrent le rançongiciel parmi une panoplie d’autres outils de piratage prêts à l’emploi. Le cybercriminel doit parfois débourser une somme d’argent substantielle. À titre d’exemple, une trousse d’exploitation dans son intégralité (y compris le code source) peut se vendre entre 20 000 et 30 000 dollars sur le marché noir. Plusieurs opteront pour des locations de durées limitées (500 $ / mois).

En 2015, des pertes de plus de 24 M$ ont été rapportées à la suite d’attaques de rançongiciels. De nombreuses victimes sont réticentes à signaler les cas d’extorsion par rançongiciel. Selon le FBI, les chiffres avancés ne présenteraient qu’une partie du phénomène. Pour les trois premiers mois de 2016 seulement, les cybercriminels auraient extorqué 209 M$. Le FBI prévoit que l’extorsion par rançongiciel pourrait rapporter aux cybercriminels jusqu’à 1 G$ US d’ici la fin de l’année. En plus du paiement de la rançon, ce phénomène cause des pertes financières encore plus élevées.

Cette cyberextorsion vise les organisations de toutes tailles. Le montant d’une rançon peut s’élever à plus de 10 000 $. Les rançongiciels rapportent d’importantes sommes d’argent. Il est à prévoir que les cybercriminels continueront d’exploiter cette activité compte tenu du faible niveau de risque de se faire prendre et des profits qu’elle peut leur procurer.

Un utilisateur averti en vaut deux

Les antivirus sont la première ligne de défense contre les rançongiciels de chiffrement même s’ils ne sont pas toujours en mesure d’arrêter les attaques les plus sophistiquées. C’est pourquoi la prévention demeure un élément clé pour éviter d’être victime d’une infection par rançongiciel. Les cybercriminels adaptent continuellement leurs tactiques pour propager les rançongiciels. Ces attaques prennent souvent la forme de faux hyperliens ou de pièces jointes malveillantes. Même les personnes les plus expérimentées ne sont pas toujours capables de reconnaître une attaque.

Nous devons être vigilants et nous assurer de connaître les symptômes observables d’une infection par rançongiciel de chiffrement. Si on est au travail, il faut signaler rapidement au 5050 toute anomalie ou tout symptôme qui laisse présager une infection par rançongiciel. En cas de doute, nous devons immédiatement éteindre l’ordinateur et noter l’heure et la date où le problème a été constaté.

Protéger ses données…
Le principal inconvénient d’un rançongiciel provient de la perte de données. Les cybercriminels exploitent le fait que certains documents sont irremplaçables pour nous. Le meilleur moyen de se prémunir contre ces pertes de données est de prendre régulièrement des copies de sauvegarde. Ces copies doivent toujours être conservées sur un support qui est hors d’atteinte des rançongiciels.

UN COMPORTEMENT SÉCURITAIREPrendre des copies régulières de nos fichiers et les garder hors de l’ordinateur.S’assurer que tous les logiciels ont été mis à jour avec les plus récents correctifs de sécurité.Utiliser des logiciels antivirus et antimaliciels;Ne fréquenter que des sites de bonne réputation.Ne pas ouvrir les fichiers joints aux courriels de source douteuse.Ne pas cliquer sur les liens des courriels de source douteuse.Appliquer ces mesures aux courriels inattendus qui proviennent de connaissances.

Le rançongiciel du futur

Le rançongiciel d’aujourd’hui est une menace qui touche les utilisateurs dans de nombreuses régions du monde, en particulier, ceux qui vivent dans les pays développés et qui font usage de haute technologie. Nous sommes de plus en plus connectés et notre dépendance à Internet ne cesse de s’accroître. Il peut être délicat de faire des prédictions. Le rançongiciel est à l’image de notre monde. Il est en constante évolution tant du point de vue technologique que du point de vue social. Il est raisonnable d’affirmer que le phénomène des rançongiciels sera durable et qu’il continuera d’évoluer.Tout comme pour les maladies dans la vie réelle, les rançongiciels s’adaptent et évoluent en fonction de leur environnement. Certains survivent, d’autres disparaissent, alors que certains s’adaptent et prospèrent.

Le versement d’une rançon par la victime demeure la principale motivation des cybercriminels et ce, peu importe les innovations ou la technologie visée. Le meilleur moyen d’enrayer ce fléau est de ne pas payer la rançon demandée de manière à rendre cette activité beaucoup moins attrayante.

Autres liens utiles (en français et en anglais)